By N2H

Entre images et voyages…

Chine

Effervescence à Kowloon

KowloonLa péninsule de Kowloon, à 10 mins de ferry de l’île d’Hong-Kong, est connue pour son panorama grandiose sur le Victoria Harbour (depuis Tsim Sha Tsui), ses hôtels de luxe, et ses complexes commerciaux hors normes ! En remontant la péninsule via Nathan Road, on pénètre dans l’un des quartiers les plus vivants d’Hong-Kong.

Des restaurants de Jordan, au Night Market, en passant par les petites ruelles à l’ambiance typiquement chinoise, on flâne dans les rues illuminées dès la tombée de la nuit par toutes sortes d’encarts publicitaires. Encore une occasion pour me faire repérer… Je crois que cette fois c’est la dernière, départ oblige.

J’ai profité de mon dernier après-midi pour découvrir Mongok, place de l’électronique à Hong-Kong. Curieusement, ici les prix proposés sont plus raisonnables qu’à Shenzhen, mais la marge de négociation plus faible du coup… J’ai réussi à me trouver un flash Nikon pour 160€, soit 40% moins cher qu’à la fnac… La foule est impressionnante, les rues sont bondées, et on profite des marchands de fruits entre deux boutiques high-tech pour se rafraichir d’un cocktail maison… Entre modernité et traditions, c’est l’ambiance de cette ville fantastique !

C’était Alex depuis HK Airport… décollage pour Sydney dans 1h…


Cheung Chau Island

Chung Chau IslandQuand on parle d’Hong-Kong, on oublie souvent qu’il existe l’île d’Hong-Kong, la principale, mais également les nouveaux territoires au Nord, avec Kowloon et la péninsule de Tsim Sha Tsui, et quelques îles à moins d’une heure de ferry, Lamma Island, Lantau Island ou encore Cheung Chau Island. Cette carte pourra vous aider à vous repérer…

Aujourd’hui une balade loin de Central est au programme : c’est parti pour Cheung Chau ! Petite île résidentielle sans voitures, où la pêche et les touristes de passage sont les seules activités. Beaucoup de Hongkongais ont établi résidence ici, les ferry vers Central étant très fréquents.

En une demie journée on fait le tour de ce petit coin de verdure, en passant par un temple bouddhiste, quelques falaises aux airs de Bretagnes, une plage aux couleurs de la Corse, et un quartier résidentiel haut en couleur. La fin de cette promenade en front de mer mène à un immense cimetière, orienté vers la mer pour respecter l’équilibre fengshui. Les pieds à plat, c’est finalemnt en sampam (bâteau traditionnel de pêche) que j’ai rejoint le ferry pour Hong-Kong. Le charme de ces petites embarcations sillonnant dans le port est indéniable ! Surtout quand on est le seul client…

J’ai profité de cette dernière soirée pour retrouver un ancien de Telecom Lille installé à HK depuis 4 ans… Après un verre dans Lan Kwai Fong nous avons rejoint ses amis pour un diner cantonais qu’ils voulaient nous faire découvrir : la marmite mongole ! La magie de HK a clôturé la soirée, puisqu’il a suffit de 500m pour se retrouver dans les pubs branchés de Kowloon… le melting pot sur cette île est extraordinaire !


South Hong-Kong

Repulse BayPetite visite du Sud de l’île de Hong-Kong cet après-midi…

Rendez-vous à Central pour repérer le bus 70, direction Aberdeen ; la taille de l’île étant raisonnable, destination atteinte en 30 minutes… Pour un arrêt guère plus long ! En effet, Aberdeen est le dernier village de pêcheurs d’Hong-Kong, qui jadis était le refuge des marins durant les tempêtes. Aujourd’hui on peut encore se balader en sampan (ancien bâteau de pêcheur) pour rejoindre le restaurant flottant. La deuxième attraction sera la promenade en bord le long du chenal, qui même au marché.

Second bus, le 973 (j’ai eu du mal à le trouver celui-là) pour me rendre à Repulse Bay. Changement de décor, on s’arrête à Deep Water pour emprunter la « Seaview Promenade » qui mène à la plage la plus populaire de l’île. Cette petite enclave est aussi l’une des plus prisées, l’immobilier étant hors de prix, juste derrière le Peak Victoria. Mais quel plaisir de s’échapper de la ville pour faire quelques pas dans la sable…

Dernière étape, terminus du 973, Stanley Village. Une remarquable petite place animée borde le front de mer, où tous les Européens/Américains viennent prendre un verre. Après la visite de Murray House, bâtiment colonial de 1844 abritant aujourd’hui restos chics et musée de la marine, on pourra flaner au marché touristique.


Hong Kong – Central & Victoria Peak

HK - Harbour Victoria PanoramaEblouissant !

Je suis dans la carte postale ! Du moins j’ai pu voir grandeur nature le panorama de Victoria Harbour que j’avais en fond d’écran… Arrivé à Hong-Kong hier soir, je quitte Nathan Road pour le célèbre panorama de Tsim Sha Tsui… Je commence par les festivités du nouvel an, puis rejoins le bord de mer : épatant ! Merci John pour cette info ;o)

Pour ne pas être en reste, j’ai profité de cette première journée ensoleillée (ici c’est l’hiver ; 25°) pour visiter Central, le quartier d’affaire qui se part de 1000 feux la nuit tombée. On se surprend à trouver un écrin de verdure au centre de ces buildings extravagants, puis quelques vestiges de l’époque coloniale aujourd’hui reconvertis en bâtiments administratifs. Les banques sont ouvertes, ainsi on peut visiter le permier niveau d’HSBC, ou le 43ème étage de la Bank of China sa grande rivale…

La fin d’après-midi est idéale pour prendre le tram le plus pentu au monde… A certains passages on doit frôler les 45° ! Tout le monde rigole nerveusement quand il s’arrête en pleine montée… En fonction depuis le XIXème siècle, il permet de gravir le Peak Victoria qui offre une vue panoramique remarquable de Hong-Kong de l’autre côté de la baie.

Autrement on ressent nettement l’influence des affaires sur le niveau de vie de HK, bien plus élevé qu’à Pékin ! Si j’ai été surpris par le prix exorbitant du ticket de métro à HK$8 (contre 2 à Pékin…), cela reste tout de même un tarif attractif… de € 80 cents ! Donc changement de décor, je m’y perds un peu dans les échelles de valeur (j’ai retiré 100€, soit HK$1000, de quoi tenir 3 semaines ! Mauvais calcul…) mais au final le coût de la vie ici est environ 2 fois moins cher qu’en France. Idéal pour le touriste que je suis !

Dans les nouveautés également, l’iPhone ici parle Chinois… Enfin, les gens « dessinent » sur l’écran de l’iphone leurs sinogrammes pour envoyer leurs sms : on a pas ça chez nous ! Enfin côté pratique, en arrivant on peut acheter une carte magnétique pour HK$7 (3€), que l’on recharge et qui permet de payer le ferry, le métro, le bus, et même ses courses dans les centres commerciaux ! Un système qu’il est génial ! Une ville très organisée et hyper pratique !

 


Macau, Terre de contrastes

Macau - Cimetière

10km², 300000 habitants, 7 Milliards de dollars US de recettes…

Cette ancienne colonie portugaise, devenue « région administrative spéciale » du territoire Chinois depuis 1999, n’a autre ambition que de devenir le Las Vegas d’Extrême Orient. L’économie florissante d’Hong-Kong, l’éveil de la Chine et ses 1,5 milliards d’habitants, et l’exclusivité des jeux pour toute la Chine accordée par Pékin : voici la recette qui a transformé cette île classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Bienvenue dans cette contrée Chinoise où toutes les nationalités se croisent, où les taxis parlent Mandarin alors que les rues arborent des appellations portugaises, où la Patacas est monnaie locale, mais le HK dollar seul maitre à bord. La majeure partie de l’île est couverte d’immeubles années 80 très moches, qui encerclent les quelques vestiges le l’époque coloniale. Le touriste choisira donc la visite historique, où les luxueux casinos qui gagnent du terrain sur la mer. L’île étant très petite, on peut se retrouver en l’espace de 500m dans un quartier Chinois proche d’un temple bouddhiste, dans une forteresse du XVIIe aux tons pastels, ou chez Hugo Boss au pied d’une tour de verre…

Deux jours étaient suffisants pour explorer l’île à pied, et se laisser aller devant les étales de sucreries ou de viande grillée… Si vous venez à Macau, vous n’échapperez pas aux spécialités : les petits gâteaux (amandes, sésame, fruits…) et la viande BBQ à manger sur le pouce… Grand gourmand que je suis, l’après midi fut sucré-salé ! Pour rattraper tout ça j’ai pu profiter du fitness à l’hôtel, première fois que je courrais sur un tapis roulant en regardant les clips… c’est particulier ! Puis Chine oblige, je me suis laissé aller au spa pour 1h30 de massage… de quoi être en pleine forme pour la prochaine étape : Hong-Kong ! 


Shenzhen

Windows of the WorldVénérables maisons à cour carrée partagées par 6 ou 8 familles, quelques porcs vagabondants sur les chemins de terre, des rizières en bordure de la voie ferrée Canton -> Hong-Kong. Bienvenue à Shenzhen… en 1980 !

Aujourd’hui cette ville est la plus importante des 5 zones économiques spéciales de Chine. Véritable carrefour commercial, la ville s’est parée de building ultra modernes (dont le Shun Hing Square – top 10 des plus hauts building au monde – 384m), de centres commerciaux gigantesques, d’un aéroport international et de liaisons permanentes avec sa grande voisine, Hong-Kong.

C’est la seule ville chinoise dont la population résulte d’un melting-pot de contrées avoisinantes ; seuls 5% de la population est locale.

Le tourisme n’est pas le point fort de cette ville : parmis les quelques rares attractions, on y trouve le plus fréquenté des parcs à thème chinois, Windows of the World… Ou comment faire le tour du monde en une après-midi, tout en jetant un oeil au WTC de NY… Rien d’extraordinaire à mon goût, j’ai préféré écourté la visite et vivre la vraie vie, explorer la ville ! Shenzen, on y vient pour les affaires, ou pour ses boutiques de luxe et son quartier « électronique », dont les prix servent d’indice de base aux tarifs internationaux. Mais le petit compact Lumix qui m’intéressait était finalement plus cher qu’en France ! Je me réserve donc pour Hong-Kong…

Prochaine étape Macau, à suivre sur ma road map.


Un peu de culture Chinoise…

Garde ChinoisArrête de renifler, on ne crache pas par terre, ne pousse pas les gens, ne t’essuie pas sur la nappe… Bouh… autant de bonnes habitudes que vous pouvez oublier ici ! Quand la serveuse éternue, ne vous étonnez pas si elle passe s’essuyer les mains sur le coin de la nappe ! Et alors ? Vous ne vous êtes jamais servi de votre jean pour cela ? Après une semaine à Pékin, voici quelques surprises « culturelles » à découvrir…

(Lire la suite…)


Tian’anmen by night

TiananmenLa place Tian’anmen est l’une des plus grande place au monde. Aujourd’hui libre d’accès, on peut y visiter le Mausolée de Mao ou encore la ville souterraine et la porte de Qianmen. Les édifices à l’architecture stalinienne qui bordent la place attireront également les plus curieux.

Pour ma part c’est une séance de « Night Shooting » qui me tentait sur cette place. Ma visite fut éclairée par deux chinoises, une enseignante d’anglais et son amie, qui m’ont ensuite fait visiter l’ancien quartier des légations, de l’autre côté de la porte de Qianmen. Ce quartier a été entièrement restauré pour les JO 2008, et c’est aujourd’hui un endroit très animé qui retrace toute l’histoire de Pékin.

Une petite dégustation de thés, tous aussi surprenant les uns que les autres, a marqué cette fin de visite, avec en souvenir de cette extraordinaire soirée 50g de thé aux fruits… comme jamais je n’en ai bu !


Le Palais d’Ete…

Summer Palace…Est un écrin de verdure niché sur la colline de la longévité millénaire, sur les rives du lac de l’Eternel Printemps.

On raconte que ce palais serait à l’origine de la défaite des Chinois contre les Japonais en mer de Chine. L’empereur ayant préféré vider les caisses de l’état pour construire ce palais, au détriment de la marine Chinoise… En leur hommage, il fit donc édifier le bateau en pierre, gardien des eaux du lac.

Quoiqu’il en soit, si cette saison n’est pas propice pour profiter pleinement des chemins ombragés qui bordent le palais, une toute autre expérience vaut le détour… Traverser à pieds le lac gelé pour rejoindre l’île de Nanhu : un petit périple de 2 kms au cours duquel admirer le paysage peut vous valoir une jolie glissade !

 


Beijing Olympic Park

beijing-2008Arrivé en fin d’après-midi, une légère brume se levait sur le parc Olympique, tout au nord de la ville. Une esplanade immense, avec d’un côté la piscine olympique, et de l’autre le tout dernier stadium de Beijing.

Devant l’immense file d’attente (environ 2h) pour accéder au stade en cet période de nouvel an, j’ai abandonné l’idée d’y entrer, et ne vous propose donc qu’une unique photo pour cet article : le stade en noir et blanc.

Beijing Stadium


Ici c’est le Nouvel An !

Nouvel An ChinoisEt quel spectacle !

Pour fêter l’année du boeuf, tout le monde a commencé à décorer maisons et magasins dimanche dernier, la veille du réveillon. Chaque soir les pétards retentissent, les parcs acceuillent foires et manèges pour quelques semaines, et les Chinois font du tourisme, du patin à glace sur les lacs gelés, du karaoké en plein air, ou prennent un bain glacé… Pétards, couleurs vives, lampions et déguisements sont à l’honneur !

Beaucoup viennent visiter Pékin quelques jours durant cette période ; ils sont d’ailleurs surpris de voir des Européens, et tout particulièrement un blond ! C’est vrai que je ne me suis pas trouvé d’homologue ici… Ce qui me vaut le statut de curiosité, et quelques photos que les touristes ramèneront dans leur album photo de Beijing !


Yonghegong Lama Temple

BouddhaLe Bouddhisme est présent en Chine depuis le IIIe siècle. Pekin regorge de temples, et c’est à Yonghegong, à deux pas de l’hôtel, que j’ai pu découvrir l’atmosphère toute particulière d’un des principaux sites.

Dans les années 50, lors de la mainmise de la Chine sur le Tibet, le régime favorisa une vaste rénovation du site afin de ménager les autorités religieuses tibétaines. Cet édifice échappa ensuite aux destructions de la révolution culturelle avant d’être rouvert au culte en 1981.

Aujourd’hui les Chinois viennent se receuillir et faire des offrandes, entre les touristes et quelques lamas qui occupent le site. Je ne peux s’empêcher de ressentir une certaine sérénité, et un émerveillement sans fin en pénétrant les différents temples aux effigies religieuses toutes somptueuses. L’atmosphère a quelque chose d’indescriptible, presque magique… Mon regard se pose sur cet homme à même le sol, l’encens parfume l’air frais… Je partage ce silence reposant, tout juste éclairé par le gong du temple… Une visite enrichissante !


Panjiayuan

PanjiayuanDans les années 80, les Pékinois qui avaient besoin d’argent revendait en cachette les objets d’art de leur famille. Réprimé par la police, ce marché fantôme a finalement été légalisé en 1994 : c’est ainsi qu’est né le premier marché aux antiquités légal de Pekin, Panjiayuan.

Aujourd’hui considéré comme le plus grand marché de la sorte en Asie (3000 stands – 4ha), on prend plaisir à chiner toute sorte de marchandises d’occasion (parfois fausses !), telles que des pièces anciennes, de la porcelaine, d’anciens livres, des bijoux, quelques babioles électroniques et des vêtements.

Une petite partie du marché regroupe les attractions de foire qui font la joie des bambins, tandis que leurs ainés regardent des combats de lutte ou les explois sportifs qui animent le marché. Pour faire une pause, rien de tel que les barraques à brochettes où vous pourrez vous délecter d’insectes grillés… ou tout simplement de porc aux épices (ma préférence !).


La Cité Interdite

Porte ChinoiseSuivant le guide du touriste en Chine, la cité interdite s’impose comme la visite incontournable après la Grande Muraille ! Après avoir gravit la Colline de Charbon pour une vue imprenable sur la ville tartare (au nord) et la Cité Interdite (au sud), je pénètre dans la cité par la porte du Génie Militaire, tout au Nord de la cité.

Un imposant mur de 15 peut-être 20m de haut me fait face, et une porte… monumentale ! Je découvre un décor riche en couleurs, quelques pavilions autour d’une place arborée, et d’impressionants détails sculptés ou peints sur chaque élément de ce monde mystérieux.

Je passe une porte et commence à progresser dans ce dédale au sein duquel chaque porte majestueuse laisse apparaitre un palais remarquablement bien conservé. On peut encore apercevoir le mobilier de l’époque et les joyaux offerts à l’empereur…

Les quelques heures de l’après-midi me laisseront entrevoir le tiers de cette cité magique, imposante et portant si raffinée… Notre Versailles n’a qu’à bien se tenir ! Enfin, le passage par la porte de la paix Céleste clôture cette visite et me laisse sur la place… de Tian’anmen.


Happy (Chinese) New Year !

Lampions ChinoisInimaginable ! Tout simplement…

Nous sommes le 25 Janvier, réveillon du jour de l’an Chinois. Aucune cérémonie officielle aujourd’hui, les boutiques sont fermées, les lampions et autres décorations font leur apparition dans la ville.

Puis la nuit tombe sur la ville : les uns se retrouvent en famille pour le repas du réveillon, d’autres fêtent la nouvelle année à coups de pétards et feux d’artifices… Des centaines de personnes animent les rues de Pékin qui s’illuminent et vibrent sous les explosions !

La soirée avance, il est 00h00… Les alarmes sonnent, des explosions retentissent de toutes parts… Le vacarme devient assourdissant ! En levant les yeux on découvre une infinité d’étoiles, le ciel s’est transformé en quelques secondes… Je quitte la ruelle et débouche alors dans un brouillard de fumée… Des milliers de personnes envahissent les rues, tout le monde cours, fuyant une méche un peu courte, ou se ruant sur la boutique d’artifices ! En l’espace de quelques minutes Pékin devient difficilement respirable, tout en se parant de 1000 couleurs éphémères… Pas facile de restranscrire cette atmosphère dans quelques photos ! La fête est à son comble, l’heure écoulée laissera place à un spectacle surprenant, de rues recouvertes de fusées évincées, de pétards éventrés, de rampe de lancement en feu…

L’année du boeuf a commencé !


Great Wall – Simatai

Grande MurailleEt non, on ne la voit pas de la Lune… Mais on peut l’admirer à quelques heures de route de Pékin…

Rendez-vous à Sima Tai, l’un des sites restauré de cet édifice hors-normes : la Grande Muraille. Impressionante, sans toutefois être trop imposante, nous arrivons sur un site traversé par un lac, à l’Ouest Jinshan Ling, à l’Est Simatai, perchée sur une crête de montagne. A cet endroit, le relief du terrain ne nécessitait pas de bâtir une défense colossale… Et on comprend pourquoi lorsqu’on s’attaque aux escaliers irréguliers, suivant à certains endroits une pente de 70° !

Mais ce n’est qu’une fois le sommet atteint que l’altitude si difficilement acquise nous offre un point de vue incroyable sur une vallée soufflée par les vents, où le froid règne en maître à cette période de l’année. Point de guerriers à l’horizon, aucun touriste en cette saison, juste la steppe et cette muraille… à perte de vue !


Welcome to Beijing ! Premiers abords de la Chine…

Drapeau ChineAprès 8h de vol nous avons amorcé notre descente vers Pékin, tout en survolant les monts enneigés du désert de Gobi… Une étendue impressionnante !

Me voilà parti pour une semaine à la découverte de la dernière ville hôte des jeux olympiques. La Grande Muraille et la Cité Interdite sont bien sûr au programme, mais en attendant j’observe ce nouveau décor, dans lequel je dois me frayer un chemin pour rejoindre mon hôtel. 

Direction les airport shuttle qui vous amène directement vers le centre ville… à condition de savoir si votre hôtel se situe plutôt du côté de Dongzhimen, Zichunlu ou Xuanwumen… Humm… Première difficulté ! Un couple Anglo-Chinois m’indique la ligne 4 arrêt 6, puis me conseille de prendre un taxi pour rejoindre l’hôtel ! C’est parti !

Dans le bus tout est indiqué en Chinois puis en Anglais, ce qui m’évite de compter les stations… 40 min plus tard je me retrouve dans Pékin ! Building building… quand tu nous tiens ! Des taxis m’attendent dès la descente du bus : le top ! Sauf qu’aucun ne connait l’adresse que l’hôtesse m’a traduite… Oups… What next ? Je sors mon portable mais ici pas de réseau ! Je tente d’accoster un Chinois tenue business avec valise ; son anglais doit être compréhensible… Mais non ! Do you speak English ? No ? Sure ? Ca se corse là… Mon petit guide chinois me donne « zuijin de ditie zhan zai nali ? » Non plus… il ne sait pas où est le métro…

Me voilà dans Pékin, il fait beau, je suis dans un arrêt de bus qui ne mène je ne sais où, sans savoir où je suis, personne ne parlant anglais… Cherchant un plan tout en feuilletant mon guide, mon Chinois business revient me voir avec un anglais timide, et me propose d’appeler mon hôtel pour vérifier l’adresse… Ahhhhh ! Merci ! L’adresse est bonne, d’autres taxis sont arrivés, et magique, l’un deux connait le coin et accepte de me conduire !

Finalement rien de bien méchant pour commencer, je trouve l’hôtel sans problèmes, et il me reste deux heures avant la tombée de la nuit pour faire le tour du quartier. Le lac est gelé (au moins 15-20cm !!), et au détour d’une rue j’assiste à la cérémonie du tambour à la Drum Tower… Welcome to Beijing !