By N2H

Entre images et voyages…

Tassie Exploration – Part 2

World Heritage AreaFin du suspens… Mais où est passé Alex ? Se serait-il envolé pour une destination sauvage sans nous le dire ? Aurait-il trouvé un boulot à 70h par semaine ? Et la fin de l’histoire alors ? La voici ! Le dernier volet de la trilogie Tasmane…

Après une première semaine fantastique et quelques jours à profiter du charme d’Hobart, le temps était venu de repartir en quêtes de découvertes ; direction la côté Ouest avec Kathleen, Allemande rencontrée à Hobart (une annonce dans mon backpacker) qui voulait découvrir l’île après 3 mois de fruitpicking.

Cette fois-ci je loue la voiture en mon nom, et c’est donc au volant d’une mini Hunday Getz que nous décollons… Bien mignonne, mais peu adaptée aux gravel roads ! Vivement les 25 ans ; fini l’assurance jeune conducteur, et à moi les 4×4 ! Pour le même prix, c’est rageant… Bref, notre premier arrêt sera le Mount Field National Park, porte du World Heritage Area. A 1h d’Hobart, la végétation ici devient dense, humide et luxuriante. Le temps n’étant pas au beau fixe, nous empruntons le sentier de Russels Falls, tentons une approche à travers la forêt, mais rebroussons chemin pour finalement se remettre en route après 1h30 de balade… Un goût de trop peu ! Nous faisons route vers Strahan sous un temps couvert parsemé d’averses. Quelques éclaircies me laissent prendre une photo ; mais 10 mins plus tard la douche est de retour. Nous nous arrêtons le soir à Queenstown, après une journée de brouillard et de route à travers les montagnes… Le WHA est capricieux, il me faudra revenir pour en profiter ! A ce propos, il existent 690 sites protégés par l’UNESCO au titre du World Heritage Convention ; chacun devant satisfaire au minimum un critère sur les 10 disponibles. En 2000, 23 seulement étaient listés pour répondre aux critères valeurs naturelle et culturelle. 2 au monde respectaient 7 critères sur 10 ; le Mt Taishan en Chine, et la WHA en Tasmanie.

Le lendemain c’est à nouveau sous un ciel chargé que nous avons fait route vers Strahan ; ville la plus à l’Ouest de Tasmanie, isolée sur la côte et encerclée par la rainforest, son activité repose aujourd’hui exclusivement sur le tourisme. Ambiance paisible, autour d’un bras de mer à l’allure d’un immense lac, nous visitons le parc qui offre une balade agréable en pleine jungle. Quelques galeries d’art local croisent notre chemin, ainsi qu’un drôle RER local ; les bottes sont fournies ! Nous nous aventurons ensuite sur la péninsule, découvrant un paysage reposant, le WHA à l’horizon… En fin de matinée nous nous dirigeons vers Ocean Beach, réputée pour ces couchers de soleil fantastiques ; rien à voir avec la côté Est ! Ici les vagues font 3 à 5 mètres, et viennent littéralement s’écraser sur la plage parcourant des dizaines de mètres, et laissant place à un miroir d’eau gigantesque. Un spectacle sauvage époustouflant ! Le rendu est particulièrement intéressant avec des tons sépia… En route pour Roseberry, un chemin forestier sur la gauche attire mon attention ; « Henty Dunes ». Et pourquoi pas ? Je m’attendais à une petite colline de sable avec un beau point de vue… Nous découvrons un désert de dunes, qui avalent depuis des milliers d’années la végétation luxuriante ! Un panorama à 50m de haut qui me rappelle quelques souvenirs… Avec une tente, j’aurais passé la nuit ici ! Mais les couleurs disparaissent à l’horizon, il est temps de se remettre en route si l’on veut trouver un backpacker ouvert…

Nous aurons séjourné dans un pub/hôtel pour $25 chacun, chambre confortable avec lits chauffants (c’est courant sur la côte Ouest…) petit dej et staff super sympa ! Au troisième jour de notre périple, le brouillard à couper au couteau ! Oublions la rando de 3h prévue ce matin… Comme balade matinale nous arpentons les rives du Roseberry Lake où l’horizon de perd dans un reflet presque parfait… 2h de route nous sépare de notre prochaine étape ; Craddle Mountain, autre emblème des paysages magnifiques de Tasmanie. Et la chance nous sourit ; le temps s’éclaircit et les couleurs apparaissent… Nous commençons par la forêt enchantée avant de profiter de notre première rando digne de ce nom ; Dove Lake. Nous n’aurons malheureusement pas le temps de faire un détour par Marion’s Lookout, une boucle supplémentaire de 2h. Il est 15h et la fin de l’après-midi approche…

La suite est l’histoire d’un endroit paradisiaque… et d’une photo immensément célèbre (en Tasmanie lol) que tout photographe en voyage sur cette île du bout du monde souhaite rapporter dans ses pellicules. Bienvenue à Wineglass Bay, plage idyllique de sable blanc au reflets turquoises, nichée au coeur du Freycinet National Park.

Nous avions tenté l’aventure avec Isabelle la semaine passée (voir cet article) ; nous en étions quittes pour une rando sous les nuages parsemées de quelques pluies et une éclaircie en fin de parcours… Cette fois-ci, profitant d’une matinée particulièrement ensoleillée à Launcestown, je propose à Kathleen de zapper la Tamar Valley pour se mettre en route vers Wineglass Bay ; se sera chose faite 2h plus tard… sous les nuages ! Ce magnifique parc aux couleurs ternes, l’eau normalement turquoise virant au bleu foncé manque un peu de charme en ces circonstances… Peu importe, direction Aspley National Park cet après-midi, nous remettrons Wineglass Bay à demain matin, l’office de tourisme nous assurant un temps superbe. Kathleen préférant lire un bouquin, je profite d’être seul pour aller à mon rythme, photographier quand  bon me semble, et arpenter quelques sentiers pentus… Quelques rayons de soleil font leur apparition, les gum tree prennent toutes leurs couleurs et c’est un régal que d’écouter le chants des oiseaux dans cette forêt tranquille.

Le lendemain matin s’avèrera couvert à souhaits… Kathleen décide de faire à petite rando de 2h jusqu’à Wineglass Bay, tandis que je mise sur une éclaircie, et m’aventure sur Hazard Beach Track, rando de 4h. Les paysages sont superbes mais mon objectif manque de jeux de lumières pour immortaliser cela… Le sentier côtier à flan de roches rouges débouche sur Hazard Beach, et je prend plaisir à longer la plage écoutant le bruit des vagues. Longeant une zone protégée, je continue sur les 2kms de sable fin parsemé de coquillages aux reflets violets jusqu’à apercevoir un nouveau chemin… qui s’avère ne pas être celui que je recherche. Je tourne en rond, tente une percée dans le bush, arrive sur un sentier que j’emprunte pendant 20 minutes avant de réaliser que je suis sur le « 2 days track »… Demi-tour et retour à Hazard Beach où je cherche sans succès le « Wineglass Bay Track » censée être à 20 mins de là… J’aurais tourné pendant 2h avant de décider de retourner au parking par le même chemin, quand une rencontre fortuite m’indique le bon chemin, un petit passage au milieu de la « recovery area » que j’ai longé ce matin. En ce début d’après midi, le temps ce lève et je redécouvre Hazard Beach sous un angle complètement différent ; spectaculaire ! Entre 2 photos marchant d’un pas rapide (je devais retrouver Kathleen à 12h30, il est 14h…) j’aperçois un groupe de perroquets noirs et jaunes, volant d’arbre en arbre. Me demandant si Kathleen m’attend toujours à Wineglass Bay, j’en prend le chemin, marchant toujours plus vite après chaque arrêt photo, comme pour rattraper la minute perdue alors que j’ai 2h de retard…

Et là c’est le choc ; Wineglass Bay se révèle magnifique en ce milieu d’après-midi ; les nuages sèment des zones d’ombre sur l’eau turquoise qui reflète les roches rouges avoisinantes… Je ne peux m’empêcher de prendre des photos, tout en ayant en tête que Kathleen doit m’attendre au parking et qu’il faut que je me dépèche. Le retour pentu prend en général 1h30, j’aurais fait mon sport de la journée en mettant 40 minutes pour gravir les 300 marches du sentier… Quelques minutes de sauvées dans ce qui aura été une rando de 6h30, finalement ô combien magnifique ! Kathleen m’attendait depuis 2h… le bouquin terminé…

De retour sur Hobart, nous prevoyons de visiter Tasman Peninsula pour notre dernier jour. Je passe un coup de fil à Laurent, bloqué avec un torticoli, qui m’invite à dormir chez lui. Une chouette soirée à conter nos aventures, depuis notre rencontre à Lake St-Clair, et à parler photo (d’ailleurs j’ai adopté Lightroom grace à lui !) qui nous emmène jusqu’à des heures bien tardives… J’évoque notre idée de visiter Tasman Peninsula le lendemain, et il n’en faudra pas moins (le torticoli allait mieux !) pour qu’il nous accompagne ! Une petite visite de Richmond, ville historique sur la route, puis nous mettons le cap direction la péninsule. Kathleen aura visité Port Arthur tandis qu’avec Laurent nous aurons profité des éclairages de ce bel après-midi. Finalement c’est sur une plage ensoleillée que nous nous arrêtons faire quelques photos et profiter de cet endroit paisible. D’ailleurs deux photos sont de lui dans la série… Sur ces 2 semaines à voyager avec Isabelle et Kathleen, c’est finalement l’une des plus belles journées ; le plaisir d’être avec quelqu’un qui apprécie cette nature fabuleuse, qui prend le temps de l’observer, qui s’arrête l’espace d’un instant pour vivre ce qu’offre la Tasmanie. Et à chaque lecture de son blog je ne peux m’empêcher de l’envier ! Le photographe n’est pas un voyageur facile pour celui qui ne l’est pas, mais c’est aussi une philosophie du voyage que je ne partageais pas avec mes deux accompagnatrices. Je m’organiserai donc autrement pour mes prochaines aventures !

Sur le retour vers Hobart, nous sommes tombés sur des feux nocturnes tous simplement surprenant ; Kathleen ne comprenant pas pourquoi on prenait 10 minutes pour faire une photo (oui c’est vrai qu’on était pas des rapides), je ne me suis pas arrêter au deuxième « spot photo », bien plus impressionnant… de quoi decevoir deux photographes. Pour nous remonter le moral, le colocataire de laurent avait préparé un vrai festin et c’est donc une nouvelle soirée formidable que j’ai passé sur Hobart ! Merci à Salmon et Laurent, et sûrement à bientôt pour d’autres aventures !

4 Responses Subscribe to comments


  1. Anthony

    Salut Alex
    Quel récit ! Je viens de tout lire et … wouaw ! ça en jete ! Tous les jours je me tate de plus en plus à décoller pour l’Australie à force de parcourir tes photos.

    Que dire de ces séries. J’aime bcp, comme d’habitude. Mais j’apprécie surtout que tu aies appliqués des conseils que l’on t’as fait dans les précédents articles. Concernant le regroupement des photos par style notamment. C’est tellement plus agréable à parcourir maintenant. J’adore la série sépia. Et l’avant dernière avec le GorillaPod est tout simplement emportante. On se croit installé sur la plage juste derrière ….

    Alalalalala……

    Sinon le vignettage sur certaine photo, c’est d’origine, ou c’est lightroom ?(pour la 2309 marion bay par exemple).

    @ bientôt de te lire.

    Anthony

    mai 13, 2009 @ 0:30


  2. Anthony

    J’oubliais la remarque que je voulais te faire concernant ceux qui, non photographe, nous accompagne et nous subissent. C’est vrai que c’est pas facile à comprendre pour eux, et je suis certain que tu étais très déçu dans ta dernière aventure citée de ne pas pouvoir prendre le temps de finir tes clichés.

    J’en profite pour remercier ma Karo qui me supporte plutôt bien encore quand je m’arrète partout faire des photos. hihi

    mai 13, 2009 @ 0:32


  3. EMILE

    Ton dernier commentaire sur ANZAC DAY te donne pleinement raison : j’ai adoré ce dernier « article », tant sur le fonds que sur la forme !
    il serait difficile d’établir un classement de tes multiples reportages car ils répondent chacun à différents critères, mais celui-ci, hyper travaillé et réussi sur la Tasmanie, en fait peut-être le point d’orgue…
    merci Alex, vraiment !
    bisous

    mai 13, 2009 @ 5:39


  4. Alex

    Que de compliments ! C’est un régal de vous lire en ce petit matin, prenant mon thé sur la terrasse, la tête remplie d’idées pour ma recherche de job ! Il est vrai que depuis que je suis parti, le rythme était plutôt aux petits articles quotidiens sur un thème/endroit particulier. Mais ça c’est le rythme du voyageur touriste, qui rejoint sa chambre d’hôtel avec internet chaque soir… Le rythme du voyageur aventurier s’organise en reportages, et vous tient un peu plus en haleine de nouvelles images ;o)

    En effet Tony, mes galeries photos s’organisent ; elles ne sont pas encore toutes de la même tonalité, mais j’y pense. L’idée fait son chemin ! Quant au vignetage, c’est du Lightroom pour tous les traitements. Je ne l’utilisais pas jusqu’ici mais j’aime bien cet effet ! Mais Marion’s Bay n’est sur le site que pour faire un clin d’oeil à une voyageuse actuellement en Afrique du Sud…

    Il est vrai que pour le non photographe, c’est une épreuve de nous supporter, et remercie milles fois Karo pour ça ! De mon côté, ma liberté me permet de choisir avec qui je voyage, et pour la prochaine longue aventure, je pense à voyager avec un photographe, ou tout seul ! Laurent (le photographe rencontré en Tasmanie) me donne envie avec ces aventures (regardez son article sur Bruny Island), et voyager en solo est aussi la meilleure façon de faire des rencontres surprenantes !

    Autrement retournez faire un tour dans les commentaires d’ANZAC Day ; j’y ai ajouté un brin d’Histoire…

    mai 13, 2009 @ 11:00

Reply